Boîte à mots/maux.

vacuum boots.
4 juin, 2008, 11:29
Classé dans : Non classé

Y’en a marre de tous ces gens qui ne pensent qu’avec leur petit cercle de pensée bien mené, bien réfléchi, bien logique, bien aseptisé que leur fournit le système.Où est ton coeur, humain? Où sont tes sentiments? 1 + 1 ne trouvera pas de solution, nous ne sommes pas des robots, nous sommes des choix. Prends du recul et réfléchis. Regarde autour de toi. Et comprends les autres pour te comprendre.

 

 

pfilm12695267978116.jpg

 

 

 

« Je vais m’exploser la tête dans une vitre. »



WE’RE ONLY MAKING PLANS FOR NIGEL.
2 juin, 2008, 17:48
Classé dans : Non classé

Crache, que j’avance.

Ouais, ça m’énerve. J’ai 20mn pour balancer la feuille blanche. Pourquoi ça marche pas comme tout le monde? C’est quoi son problème?

 

« Les traumatismes, ça a un effet dans ta vie seulement vers 30 ans, le temps que ça refasse surface. Ouais, bon, toi t’es pas pareil. » « Faut profiter de la vie, on est jeunes. » « Mais le prends pas mal! »

 

Tout s’échappe. Toute compréhension, tout sens, toute affection. Tout est vide au fond de mon ventre. Seule la haine et la violence restent. On appelle ça de la survie, y paraît.

Et pourtant, ça va mieux. Y’a un pourquoi du comment. Des gens formidables. De l’amour. Des rires. Et même un espoir. Alors qu’est-ce qui fait que je suis si mal, que personne ne comprend, que tout le monde semble si seul, pourquoi je suis comme ça, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi…

 

flowerpowerhopbylafabe.jpg

 

 



Rouge.
29 mai, 2008, 23:30
Classé dans : Non classé

Rouge. paulsimonon

 

 

00h24.

On a besoin de parler de soi pour expérimenter le monde. Le meilleur exemple passe toujours par le « je ». Pourtant, on s’excuse toujours du « moi ». On arrive plus à se placer dans ce monde. Trop de 1ère personne fait fuir les autres.

Trouver l’équilibre entre être égocentrique et être au centre de sa vie, c’est laisser sa place aux autres.

Ouais, pas mal.

 

 

 

 

 



Bullets.
1 mai, 2008, 18:05
Classé dans : Non classé

 

Bullets. clinique

 

C’est toujours la même chose. Il suffit de se retrouver seul avec soi-même pour tout remettre en question et tout avoir à recommencer. Finalement, on a jamais confiance en soi. On a toujours la petite angoisse au fond du ventre prête à ressortir à la moindre claque.

On a énormément besoin des autres même si on le reconnaît pas. Le Bonheur est indissociable du social.

On dit alors qu’on « construit » des relations. Les meilleurs d’entre nous arrivent à un équilibre presque parfait entre égo et social. Des amis avec qui c’est toujours la grosse marade, qui ont « toujours étaient là » dans les pires moments et avec qui on a nos meilleurs souvenirs, l’amour de notre vie avec qui « on fait notre vie », qui est notre moitié et le père ou la mère de nos futurs enfants, le boulot pas forcément le mieux du monde mais on s’en contente et on vit bien finalement, des croyances, des voyages, des rêves, des fuites en avant… Mais le Bonheur absolu que tout le monde recherche n’existe pas, il n’y a que ces moments d’amitié ou d’amour qui nous font croire et survivre. Une relation de n’importe quelle type, c’est quoi au final? Un moyen comme un autre de ne pas être seul physiquement, dans tout ce qui est concret, réel, histoire de ressentir, non? Mais, ce gémissement, cette peur du noir que personne ne connaît, elle est toujours là, et il n’y a jamais personne pour la comprendre.

Ca sert à ça les illusions, les rêves, la musique… Echapper au réel quelques secondes. Echapper au vide. Echapper à la mort.

 

 


1...45678

Lionel de BARROS, dessins e... |
LA POINTE DE L'ART |
La Petite Boutique de Lillie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'art de rêver
| Artisanat Berbère
| couleurs et mots